Débauche, détente, sérieux, perversité... ici tout est permis !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le marché de l'emploi doit-il conditionner l'enseignement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nùs Nüs
¤ Modérateur Sport ¤
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7178
Age : 29
Ville : Roswell sur Gougnon
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Le marché de l'emploi doit-il conditionner l'enseignement.   Mer 21 Nov - 18:02

Je trouve qu'entre autres choses, les dernières luttes entre etudiants et gouvernements (fac, cpe, decentralisation)tournent autour d'une même question, avec deux reponses contradictoires qui s'opposent.

D'un côté, pour résoudre les problèmes d'emploi, on souhaite augmenter la concurrence/émulation, tenir compte des positions geographiques des ecoles pour savoir dans quelle branche les élèves ont le plus de chance de trouver de l'emploi. On lie aussi plus fortement entreprise et universités.

Cette vision a aussi l'avantage, peu mis en avant, de permettre à l'état d'orienter sa force intellectuelle afin de répondre le mieux possible aux défis de demain. En effet, par exemple, on ne peut pas pretendre trouver des solutions ecologiques pour les moteurs de voiture dans un pays où personne ne fait des etudes d'ingenieur en mécanique ou en thermo, et ce quelque soit le budget que l'etat veut donner.


D'un autre côté, on critique ces reformes qui bloquent les élèves et préconditionnent leur futur, qui les assimilent à des petites fourmis travailleuses sans esprit critiquent, et qui risque de faire dépérir les disciplines peu demandeuses d'emploi (arts? chimie?). On préfère alors laisser aux étudiants un maximum de libertés, avec un minimum de competitions entre élèves, et on éspère que le tassement inéluctable du niveau général sera compensé par le fait que chacun exercera vraiment dans la discipline qu'il aime, et sera donc plus motivé.

Personnellement, j'ai l'impression qu'on est en ce moment dans un horrible mix des deux visions, qui aboutit à une chute spectaculaire du niveau du bac, ce retard devant être rattrapé en 2ans de prépa dans des conditions mauvaises et dans l'injustice la plus totale seloin que l'on privient d'un grand lycée qui a maintenu un bon niveau, ou d'un petit lycée qui ne fait rien pour pousser ses meilleurs élèves.

_________________
"Si tu restes ce soir tu pourras m'enfiler s'tu veux"
Revenir en haut Aller en bas
Anyway



Nombre de messages : 246
Date d'inscription : 20/07/2007

MessageSujet: Re: Le marché de l'emploi doit-il conditionner l'enseignement.   Mer 21 Nov - 19:19

La chute spectaculaire du bac... ouais, on est d'accord. Mais pousser ses meilleurs élèves, ce n'est pas si simple dans des classes de plus en plus nombreuses!
Comment pousser les 5 meilleurs élèves sans en fait pénaliser les autres ? C'est la loi de la majorité qui gagne (et c'est sûrement ça qui m'énerve dans ma scolarité, m'enfin bref ...). A moins qu'on ne soit dans un lycée où seule une élite est acceptée, c'est impossible pour le professeur.
Au lycée Louis-le-Grand, les élèves de Terminale S finissent le programme de Terminale bien en avance, et commence le programme de prépa Shocked .
Alors c'est bien normal que seuls ces élèves s'en sortent en prépa, de plus, ils ont été habitué dès le commencement du lycée à une certaine vitesse, ils ont de bonnes techniques de travail.
Maintenant, je ne dis pas que tous les autres élèves (qui ne sortent pas de grands lycées) aient de mauvaises méthodes, mais force est de constater que pour la majorité, c'est le cas.
Et puis, de même que le niveau du bac chute de façon spectaculaire, on peut aussi remarquer dans une très petite partie des élèves, une moyenne générale effroyablement haute au bac.
C'est un fait: la mention très bien est souvent facile à obtenir et à cette cause, il y a des conséquences.
Sur le marché du travail en France, on ne juge plus que par le bac sans mention minimum. Et c'est là le vrai problème.
En effet, en France, on demande un diplôme qui en fait n'a aucune valeur: un bac sans mention des années 1965 vaut plus qu'un bac mention assez bien de 2005 par exemple. Le niveau du bac a complètement chuté. Mais tout cela est inscrit dans les mentalités: "Oh, lui il a le bac, ça veut dire qu'il est qualifié".
Faux.
Ce n'est en aucun le gage d'une qualité potentielle, ni d'une qualification.
En Allemagne par exemple, seulement 40% des élèves allemands ont l'Abitur, l'équivalent du baccalauréat français. Et pourtant, force est de constater qu'économiquement, l'Allemagne s'en sort mieux que la France, mais aussi au niveau de l'emploi: une personne qui n'a pas l'Abitur arrivera à trouver du travail, alors qu'en France, si une personne n'a "même pas" le bac, c'en est fichu de ses possibilités d'avoir un emploi.
Alors, pourquoi ne pas vouloir corser ce fichu bac en France ? Il faudrait d'abord changer les mentalités, et c'est plus dur à faire qu'à dire. Je pense que si une action était créée maintenant, on mettrait environ 20 ans à changer les mentalités sûrement...

Alors bon, je pense que dans un sens, oui, le marché de l'emploi doit conditionner l'enseignement, par exemple à travers l'exemple que tu donnes avec les moteurs de voiture nécessitant des ingénieurs en mécanique ou thermo, mais dans un autre sens, non.
En France, le marché de l'emploi est déjà conditionné par le fait d'avoir un diplôme tel que le bac, et pourtant, il n'y a nécessairement besoin que l'intégralité d'une population aît l'acquisition de ce même diplôme pour être pour autant qualifiée :/
Alors qu'en changeant des mentalités (notamment au sein des employeurs surtout), la France pourrait réduire le taux de chômage.

Enfin, je me répète, mais j'espère avoir répondu à la question Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le marché de l'emploi doit-il conditionner l'enseignement.   Mer 21 Nov - 22:42

Faut savoir ce qu on veut aussi.

A la base la fac était destiné à la recherche. Maison va pas "créer"1000000 chercheurs par an donc il a fallu modifier l'objectif de la fac et donc la tourner vers le monde du travail.
Et en même temps, on se rend compte que le lien EntreprisesFacs est inexistant donc rapprocher les entreprises de la fac est une bonne chose


Après en France on a une vision un peu simple: l'entreprise est le grand méchant loup et l'étudiant (ou le travaileur) est le pauvre petit agneau sans défense. Du coup on crie au loup quand on parle d'introduire les entreprises dans le CA des facs et on se demande ce qu'elles recherchent. Sans doute du prestige, de la renommée mais aussi de la qualité du travail, du capital humain, une meilleure formation pour les futurs salariés (que les étudiants sont)....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le marché de l'emploi doit-il conditionner l'enseignement.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le marché de l'emploi doit-il conditionner l'enseignement.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Création d'une boutique d'arts Martiaux
» Pliant bon marché
» Emploi (Conducteur de bus ayant la FIMO).
» Offre d'emploi, CONDUCTEUR/CONDUCTRICE DE BUS H/F
» Selle western, mode d'emploi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Night Team :: AIR DU TEMPS :: Actualité-
Sauter vers: